Soutien au rapport Bruno Racine

Tribune publiée dans Le Monde le 13 février 2020

« Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine »
Article 23 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Depuis la sortie du rapport Bruno Racine, portant un projet inédit pour sauver les métiers de la création en France, des représentants du Syndicat National de l’Édition se sont opposés avec ardeur à sa mise en application.

Nous, artistes-auteurs, signons aujourd’hui ce texte commun, pour faire la démonstration de la solidarité de nos professions créatives.

Le rapport Bruno Racine est un constat lucide, pragmatique et incontestable qui propose des mesures très concrètes pouvant améliorer en profondeur les conditions de création de tous les artistes-auteurs : écrivains et écrivaines, photographes, compositeurs et compositrices, scénaristes, traducteurs et traductrices, peintres, dessinateurs et dessinatrices, plasticiens et plasticiennes, sculpteurs et sculptrices, vidéastes etc.

Un rapport aussi précis sur les plans juridique, fiscal, social et administratif met en exergue nos droits bafoués, la faiblesse de nos rémunérations, le manque de régulation de l’État, l’absence de statut clair. Il dévoile également un immense scandale : l’AGESSA (Association de Gestion de la Sécurité Sociale des Auteurs) était en infraction du code de la sécurité sociale depuis 1975. Bien qu’ayant travaillé, combien des 190 000 artistes-auteurs se retrouvent aujourd’hui privés de droits à la retraite à cause des dysfonctionnements du pilotage de cet organisme et l’inaction de l’Etat durant des décennies ?

Isolés par la nature même de leur activité, tous les artistes-auteurs en France sont dans un rapport de force clairement asymétrique lors des négociations avec les diffuseurs de leurs œuvres. Pourtant, les industries créatives sont des secteurs hautement régulés. Il suffit de prendre l’exemple de la grande mesure du prix unique du livre. Aucune mesure de cette envergure n’existe pour les artistes-auteurs, qui restent – comme le dit le rapport Racine – dans l’angle mort des politiques culturelles. C’est pourtant au nom des créateurs et de l’exception culturelle que l’Etat légifère sur bien des sujets qui concernent l’industrie. C’est par ailleurs sans nous que des décisions majeures sur le droit d’auteur sont prises.

Si les mesures préconisées sont appliquées, les artistes-auteurs cesseront enfin d’être l’éternelle variable d’ajustement des industries créatives. Les créateurs et créatrices retrouveront leur juste place.

Nous en appelons à l’intervention de l’État, pour donner aux créateurs et créatrices de ce pays des conditions plus justes et dignes.

Artistes-auteurs de tous les secteurs de la création française, nous soutenons ce rapport novateur et ses mesures essentielles. Pour une rémunération plus juste, pour la reconnaissance du travail créatif, pour un statut professionnel, pour l’amélioration de nos droits sociaux, pour le nouveau cadre d’un dialogue social sous l’égide de l’État, pour que les artistes-auteurs ne soient plus les grands oubliés de l’exception culturelle française.

Car sans créateurs et créatrices, pas de création française.

> 3548 créateurs et créatrices (dont moâ) ont signé cette tribune