“Buffet à volonté” en téléchargement libre

À la suite des cinquante ans du premier pas de l’homme sur la Lune, j’ai ressorti sur Facebook un extrait de “Buffet à volonté”, un petit livre-récit écrit en 2003 alors que j’étais en pleine colère à cause de la difficulté que me causait la condition d’auteur indépendant (ça a donc un peu vieilli, sans doute -et je n’écris plus ainsi) ; ce qui m’a donné l’envie de le rendre disponible. Vite épuisé -contre toute attente, et toutes proportions gardées il s’était fort bien vendu les 3 premiers mois- il a alors été ensuite victime de la faillite du distributeur, puis de l’éditeur. Il narrait une semaine passée dans un centre de vacances au bord de la mer. Alors père seul avec mes enfants, j’avais négocié le séjour contre un atelier d’écriture. Et l’expérience fut désespérante, comme il convenait. Voici la 4e de couverture :

Récit drôlatique et effaré – écrit à partir de notes prises nuitamment dans les toilettes d’une studette de vacances –, Buffet à volonté est aussi la chronique d’une remise en cause personnelle. Celle de Francis Mizio, virtuose du polar déjanté.

Parce qu’il connaît en 2002 des revers de fortune, l’auteur accepte d’eéchanger ses services au sein d’un atelier d’’écriture contre un seéjour d’une semaine dans un village-vacances plutôt bas de gamme. Tandis que ses jeunes enfants s’égaient dans la piscine à peu de frais, le père, séparé et décomposé, réalise qu’il est sorti de sa classe sociale sans s’en rendre compte. Constat : les prolos tant aimés le désolent. L’auteur, soudain désemparé, se vit comme un “apatride social”.

Les villages-vacances sont des lieux navrants de gestion de foule que les sociologues branchés ne pourront jamais appréhender. Buffet à volonté cherche à illustrer la formule de Guy Bedos : “Ce n’est parce qu’on est prêt à mourir pour le peuple qu’on aime vivre avec.”

 Francis Mizio, clown littéraire, tombe le nez rouge… C’est beau et drôle à la fois. À moins que ce ne soit le contraire.

C’est du grand n’importe quoi, comme d’ordinaire, et c’est téléchargeable ici pour les amateurs de livres en PDF. Servez-vous, on vous dit : > BuffetaVolpourWeb